Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Vie politique / Déclaration de politique générale

Déclaration de politique générale

Déclaration de politique communale 2019-2024

Sous cette législature, nous souhaitons inscrire la politique communale dans le cadre d’un Plan Stratégique Transversal (PST), qui va nous amener à fixer des objectifs ainsi que des critères d’évaluation, qui permettront de s’assurer que chacun des objectifs a bien été atteint. Ce PST prendra la forme d’un document évolutif qu’il sera possible de réajuster en cours de législature.

Notre déclaration de politique générale reprend les grands thèmes que nous avions évoqués et développés durant notre dernière campagne électorale, et se place dans la continuité des précédentes législatures. Bien que cette note ne couvre qu’une seule législature, nous souhaitons également la tourner vers l’avenir et faire en sorte qu’elle cadre avec notre PCDR (2019-2029).

Bien entendu, il ne s’agit là que d’une note générale, développant les grands buts que nous souhaitons poursuivre durant ces dix prochaines années. Il n’est pas tenu compte des multiples projets naissants en cours de législature et ni de la gestion quotidienne d’une commune, qui demande temps et investissement.

Finances communales

Une gestion rigoureuse et une maîtrise de nos dépenses nous a permis de conserver une commune peu endettée à ce jour. Nous continuerons sur cette voie !

Depuis septembre 2018, le fléau de la peste porcine pèse sur nos épaules avec de lourds impacts financiers à venir et encore impossibles à calculer à l’heure actuelle.

Extrait d’un mail de l’union des villes et communes résumant bien la situation actuelle :

« Monsieur le Gouverneur,

L’Union des Villes et Communes de Wallonie a été contactée par Monsieur Warzée de l’A.S.B.L. Ressources Naturelles Développement concernant les impacts financiers de la crise porcine sur les communes concernées afin de pouvoir vous faire part des différents chiffres que nous avons collectés jusqu’à présent.

Les impacts financiers sont multiples et je suis certaine que d’ici quelque temps, d’autres sortes d’impacts financiers vont apparaître répondants à un effet de cascades.

Les communes sont déjà impactées maintenant puisque plusieurs d’entre elles ont dû annuler leurs ventes de bois ce qui entraîne à la fois des problèmes de trésorerie, mais également de budget. Concernant ce point, nous avons eu une réunion la semaine dernière avec Madame la Ministre des Pouvoirs locaux qui nous a présenté ainsi qu’aux communes qui nous accompagnaient une solution adaptée. Le montant dont il est question pour les différentes communes atteint les 6.4 millions d’€.

Toutefois, cette interdiction de vente de bois va entraîner un autre problème de grande ampleur en lien avec la crise du scolyte. En effet, les communes reprises dans la zone noyau ne peuvent pas exploiter leur bois ce qui implique qu’elles ne peuvent pas exporter les arbres scolytés ce qui permettrait d’enrayer la dissémination de cet insecte maintenant et au printemps prochain. Cette interdiction va donc entraîner des dégâts accrus au niveau des épicéas. Il est difficile pour l’instant de chiffrer précisément la perte financière liée à ce point-ci puisque le DNF ne peut pas entrer maintenant en forêt pour aller marquer les arbres déjà scolytés et que nous ne connaitrons qu’après le cubage total de ce qui aura été contaminé l’ampleur des dégâts. Remarquons toutefois que la possibilité de demander une dérogation en zone tampon pour raison de scolyte n’est finalement pas si salvatrice que cela pour les épicéas de cette zone-là puisqu’apparemment les dérogations ne seront données qu’exceptionnellement. Monsieur le Ministre de la Forêt nous a assuré en réunion que les communes touchées par les deux crises seraient soutenues.

D’autres impacts sont liés également à des pertes d’investissements consentis pour préparer les terrains, planter ou favoriser la régénération naturelle. Sans entretien adapté, ces plantations ou régénérations sont menacées d’être étouffées par la végétation environnante. Ne sachant combien de temps va durer l’interdiction, nous ne pouvons supposer de l’ampleur de ces dégâts. Ils seront à estimer une fois que les agents DNF pourront entrer à nouveau en forêt.

Il y a la problématique de la chasse qui va avoir plusieurs implications au niveau de la forêt et des communes. D’une part, si la période d’interdiction devait durer trop longtemps, on peut penser que les chasseurs viendront négocier avec les communes concernant les loyers de chasse. Il y a aussi les communes dont les baux de chasse se terminent en 2019. Il y a peu de chance qu’elles trouvent preneur avant la fin de la crise. D’autre part, l’absence de chasse sur les deux zones centrales va entraîner une recrudescence des dégâts tant des sangliers que des cervidés. Les pertes seront à estimer une fois que les discussions auront eu lieu le cas échéant et que les agents DNF pourront rentrer en forêt pour estimer les dégâts.

À ces impacts directs, il faut ajouter également les difficultés vécues au sein des communes pour ce qui est lié au tourisme, à l’horeca ou encore aux citoyens. En effet, comme l’accès aux forêts est interdit, les touristes ne viennent plus dans cette région-là pour faire une balade en forêt ce qui influe sur les recettes de l’horeca tout comme l’annulation des parties de chasse (hôtels et restauration touchés). Les communes ne touchent plus non plus les revenus des taxes de séjour. Les citoyens sont mécontents puisqu’ils ne peuvent plus bénéficier du cadre exceptionnel dans lequel ils vivent. Les communes commencent à envisager des solutions alternatives pour permettre des circuits de balade en-dehors des forêts. Ces dépenses n’étaient pas envisagées avant la crise. Enfin, les citoyens qui avaient acheté du bois de chauffage, mais qui était encore en forêt sur pied ou coupé ne pourront pas aller chercher ce bois non plus. Les communes devront faire face à ces citoyens également mécontents du fait de l’interdiction qui les touche aussi.

À part pour les ventes de bois, il est difficile à l’heure actuelle de donner un chiffre pour chacun de ces impacts puisque cela dépendre de la durée de la crise, de l’ampleur des dégâts et des effets réels sur le terrain que nous ne pourrons apprécier qu’une fois que les agents pourront retourner en forêt. »

Avec l’ensemble des communes impactées, nous veillerons à ce que la Région wallonne respecte ses engagements de ne pas oublier les communes lésées.

Tenant compte de ces pertes financières, il est clair que certains projets devront sûrement être mis en attente, comme ce fut déjà le cas pour le budget 2019. Nous gérerons au mieux, sans endetter excessivement notre commune !

Mise en place d’une Politique Locale Energie-Climat- Transition

Lors de la législature précédente, en collaboration avec la province et d’autres communes luxembourgeoises, nous nous étions portés candidats au programme régional Pollec.

Notre PAED (Plan d’Actions pour l’Energie Durable) a été approuvé par le conseil communal en 2017. Il fera office de fil conducteur pour nos différentes actions dans ce domaine.

Un employé en charge de ce volet énergétique a été recruté en septembre 2018.

Voici quelques extraits de notre PAED :

  • Réalisation de réseaux de chaleur ;
  • Réfection et isolation du centre sportif ;
  • Analyses thermographiques, à la demande, des maisons privées et préconisations de mesures à entreprendre ;
  • Poursuite de l’octroi de primes afin d’atteindre les objectifs fixés ;
  • Avec l’aide du parc naturel, création d’une centrale d’achats groupés pour réduire les coûts à l’achat de matériaux d’isolation … ;
  • Organisation de formations à destination des particuliers sur le thème de l’isolation, l’économie d’énergies … ;
  • Aide et encadrement des particuliers dans leurs démarches de réduction de leur empreinte écologique ;

Nous soutiendrons les initiatives et groupements citoyens issus de notre PCDR, chapeautés par la FRW et menant une réflexion au niveau communal sur la transition (GT transition), tout en restant dans les objectifs fixés par le PCDR.

Nous devons inscrire nos actions dans la perspective du développement durable : consommer mieux et moins.

Exemples d’actions :

  • Poursuite de l'isolation de nos bâtiments à plusieurs niveaux ;
  • Poursuite de l’installation de panneaux photovoltaïques sur nos bâtiments ;
  • Poursuite de la mise en place de primes à l’énergie, à l’isolation (action entreprise en mai 2018) :
  • Actions dans les écoles : sensibilisation des plus jeunes à l’économie d’énergie, « école zéro watt » ;
  • Cahier des charges pour une utilisation de l’électricité verte et locale dans nos bâtiments communaux ;
  • Donnerie communale ;
  • Rezopouce ;

Bien entendu, notre commune ne pourra remplir seule ces objectifs, c’est l’affaire de chacun d’entre nous.

Il est important que le citoyen soit informé, sensibilisé et inclus dans cette démarche.

Économie

Zone d’activité économique

Nos zones d’activités économiques sont mal situées (inaccessibilité, terrains privés). Nous avons entamé depuis cinq ans les démarches nécessaires à leur déplacement vers des endroits plus adaptés et les viabiliser. (SAR LEBON / Moulin de la paix). Le non aboutissement de ces deux dossiers nous a poussés dans cette volonté de réorganiser les zones d’activités économique sur notre territoire.

Le dossier de «Révision du plan de secteur d’initiative communale – site du Fourneau Lackman » est sur les rails : le dossier de base est en fin d’élaboration. Après acceptation de celui-ci par le gouvernement pourra débuter la procédure de modification du plan de secteur. Il s’agit d’un travail de longue haleine…

Quelles entreprises accueillir ? La volonté de notre groupe politique est de permettre aux indépendants présents sur notre territoire de disposer de locaux adaptés au développement de leur entreprise. Nous souhaitons également développer une multitude de locaux tremplins afin que les citoyens qui souhaitent sauter le pas puissent le faire dans les meilleures conditions : location démocratique d’un local tremplin, test de l’activité puis investissement futur dans notre zone.

Nous souhaitons répondre à un besoin local, bien loin des visions de développement des grands zonings régionaux.

Concrètement :

  • Mise à disposition de locaux tremplins (locaux mis à disposition à un tarif très bas) pour nos jeunes entrepreneurs. Nous disposons actuellement de trois locaux. Deux autres sont prévus dans la maison Turbang ;
  • Création de halls relais via le PCDR dans la zone d’activité « Fourneau Lackman » ;
  • Création et mise en place d’un marché fermier dans ces futurs locaux ;
  • Si le moratoire de la Région wallonne venait à être levé, mise place d’une ADL avec une personne référente (accompagnement de nos jeunes entrepreneurs, etc.) ;

Sablières

L’exploitation de la sablière Lannoy génère pour notre commune une rentrée financière non négligeable. Les réserves actuelles s’épuisent.

Un projet d’extension, nécessitant une modification du plan de secteur, est actuellement initié par l’exploitant afin de créer une nouvelle zone d’extraction. Si ce projet aboutit, la sablière pourra encore poursuivre ses activités durant quelques années.

Il sera cependant nécessaire de veiller à instaurer un quota d’exploitation permettant à notre commune des rentrées sur le long terme.

Par nos différentes activités, nous soutiendrons le commerce local afin d’en permettre le développement harmonieux (démarches administratives, fournitures, écoute des besoins …).

Nous continuerons à promouvoir et à encourager la création de produits locaux (filières courtes).

Participation citoyenne

PCDR

Le PCDR est sur les rails et a été approuvé par le Gouvernement wallon en novembre 2018.

Ce PCDR est le fruit d’une concertation de trois années avec la population et accentuera la politique communale des dix prochaines années.

Déclaration politique générale PCDR.jpg

Implication Citoyenne

Notre commune dispose de diverses commissions déjà actives. Notre volonté est de les renforcer afin d’impliquer la population dans le processus de décision. Nous souhaitons également multiplier les groupes citoyens émanant des thématiques de notre PCDR (transition, énergie, culture …)

Nous avons également créé un échevinat de la participation citoyenne.

Concrètement :

  • Redynamisation et relance de certaines commissions communales. Nous souhaitons les développer davantage pour impliquer notre population dans le processus de décision ;
  • Mise en place de partenariat avec différents organismes (FRW, ...) afin d’animer ces commissions et les rendre plus efficaces encore ;
  • Mise en place d’un Plan communal de Développement de la Nature (PCDN) ;
  • Aide matérielle, financière et logistique aux groupements citoyens issus de notre PCDR et de ses actions (groupe transition, commission énergie, ...) ;
  • Mise en place d’un budget participatif : somme d’argent mise à disposition d’un groupement citoyen visant l’amélioration d’un espace de vie ou à la mise en place de projets participatifs ;
  • Création d’une donnerie communale en complément du groupe Facebook « Je cherche ou je donne sur la commune de Saint-Léger » ;

Communication

Nous souhaitons améliorer la communication avec la population de façon à pouvoir garantir la proximité avec les citoyens.

Concrètement :

  • Mise en place du réseau « be alert » afin de tenir la population informée ;
  • Poursuite de l’alimentation en informations de notre site web ;
  • Création d’un agenda communal online afin que chaque association puisse y encoder directement ses activités ;
  • Poursuite des communications via la publication de l’Infocommune ;
  • Création d’une page Facebook communale afin de tenir notre population informée ;

Clubs sportifs et associations

Nous sommes fiers des nombreuses associations que compte notre commune et nous continuerons à améliorer notre politique en leur faveur.

Une de nos priorités sera de compléter les infrastructures nécessaires à nos clubs sportifs afin que nos jeunes puissent pratiquer leur discipline dans les meilleures conditions possible. À titre d’exemple prioritaire, les infrastructures actuelles du tennis sont obsolètes, non couvertes.

La rénovation du complexe sportif via l’ajout d’une salle couverte supplémentaire est également une priorité et permettra non seulement une meilleure isolation du bâtiment, mais également d’accueillir de nouvelles disciplines.

Concrètement :

  • Création d’une cellule de coordination des sports dont le but est de mettre en relation les clubs ainsi que les usagers, de coordonner les manifestations et de rassembler les besoins ;
  • Rénovation du complexe sportif et ajout de salles ;
  • Organisation d’un challenge multisport à destination des clubs et de la population ;
  • Création de terrains multisports en tenant compte des spécificités urbanistiques ;
  • Soutien aux projets favorisant la convivialité et le vivre ensemble (apéro/concert en été, restaurant éphémère avec des producteurs locaux …) ;
  • Poursuite de la mise à disposition de matériel à destination de nos associations ;
  • Création d’une commission culture dans l’objectif de rassembler les acteurs, de coordonner les agendas, de disposer d’une meilleure promotion et d’étoffer l’offre ;
  • Création dans la cour du château d’une salle d’exposition ;
  • Soutien et amélioration des salles existantes (tant communales qu’associatives) ;
  • Poursuite de la mise en place d’ateliers via nos partenariats avec Art ligue, Tribal souk, … ;
  • Soutien à l’accessibilité financière de la culture et du sport ;

Tourisme et patrimoine

Notre commune a acquis depuis quelques années un patrimoine exceptionnel (chapelles, lavoirs, fontaines, …) qu’il convient de restaurer et mettre en valeur afin qu’il devienne non seulement une fierté pour nos habitants, mais également un attrait pour le tourisme de proximité.

Nous veillerons donc à poursuivre la mise en valeur de notre patrimoine et à mieux le faire connaître. Le tourisme doit devenir un vecteur de développement économique pour notre commune. La promotion de notre commune et l’augmentation d’un tourisme de qualité dans nos villages entraîneront également une dynamique positive pour nos commerçants.

Nous continuerons, avec l’aide de notre S.I. local, à créer des parcours didactiques et attractifs sur notre territoire.

Nous continuerons également à informer, favoriser et soutenir financièrement la mise en place de gîtes et chambres d’hôtes sur notre commune.

Saint-Léger étant aujourd’hui « la commune du miel », nous poursuivrons ce projet de longue haleine. Si le moratoire concernant les ADL venait à disparaître, nous introduirons une demande de subventionnement pour l’engagement de personnel détaché au développement économique et touristique de notre commune.

Notre complexe sportif et son plan d’eau sont également des atouts que nous devons continuer à développer.

Quelques exemples :

  • Poursuite de l’installation de bancs sur nos circuits de promenades, maintenant reconnus et balisés ;
  • Soutien financier et matériel aux associations qui œuvrent à la promotion de notre patrimoine ;
  • Création d’atouts culturels et touristiques (mise en valeur de nos sarcophages mérovingiens …) ;
  • Poursuite de la création de circuits de promenades thématiques (sentier découverte de la réserve naturelle Lannoy, ...) ;
  • Poursuite de la restauration de notre petit patrimoine (lavoirs, croix, potales, …) ;
  • ….

La conservation de la nature

Notre patrimoine naturel est riche et nous avons veillé depuis quelques années à le mettre en valeur, à le répertorier, et le cas échéant à lui donner le statut de réserve (arbres remarquables, crons, life herbage, …).

Par ses actions avant-gardistes, notre commune, devenue Maya, a rempli en un an les objectifs fixés sur trois années.

Nous poursuivrons la plantation d’arbres fruitiers, haies vives et plantes mellifères. Nous veillerons à sensibiliser davantage la population afin qu’elle cesse l’utilisation de pesticides.

Nous continuerons à promouvoir l’opération « un nouveau-né, une transparente » et à initier de nouveaux projets, en collaboration avec diverses associations.

Nous poursuivrons également les actions spécifiques en faveur des hirondelles notamment

Nous soutiendrons financièrement et administrativement le groupe de travail nature qui va prochainement être lancé, et dont l’objectif est de renforcer notre nature ordinaire et de créer des maillages écologiques.

Nous entendons avec l’aide de tous, y compris des citoyens, rendre progressivement notre commune plus verte encore.

Agriculture – environnement- déchets

Agriculture

Les diverses enquêtes menées lors de l’élaboration de notre PCDR montrent, alors que nous sommes dans une commune rurale, un manque de connaissance des métiers de l’agriculture. Nous souhaitons dès lors leur offrir une meilleure visibilité via l’Infocommune.

Membre du Parc Naturel de Gaume, notre commune soutient toutes les initiatives initiées par ce dernier : circuits courts, légumerie, Gaume UP, rencontre semences paysannes, Agrinew, …

Bien qu’il appartienne à chaque agriculteur de fixer ses propres choix, nous souhaitons davantage de fermes biologiques et respectueuses de notre environnement ; nous souhaitons favoriser la biodiversité.

Partenaires du projet Agrinew, nous souhaitons mettre des aisances communales au profit de jeunes maraîchers dans le but de favoriser les circuits courts.

Nous continuerons notre soutien financier par la poursuite des primes passeport bovin et en étant partenaire dans le projet Gaume Up (financement local).

Environnement

Nous poursuivrons nos actions en faveur de la biodiversité (cap hirondelles, réserves naturelles, zéro pesticides, plan maya, life herbages, …).

Nous mettrons en place un Plan communal de Développement de la Nature ( PCDN) dans le but de renforcer notre nature ordinaire.

Nous envisageons le placement de cendriers aux endroits connaissant une forte fréquentation (commerces, cafés, lieux de rencontres …) et la poursuite du remplacement de nos poubelles dans les lieux publics.

Nous soutiendrons logistiquement et financièrement toutes les initiatives de groupements citoyens visant à la transition et la sauvegarde de notre environnement.

Nous favoriserons les soirées d’information, les formations, les rencontres et les échanges visant à réduire nos déchets.

Pour diminuer les déchets produits lors des manifestations, nous mettrons à disposition des associations des gobelets réutilisables.

Enfin, nous poursuivrons nos actions en faveur de la propreté de nos villages et du respect de notre environnement.

L’enseignement, la jeunesse et la petite enfance

Ces domaines sont et resteront des domaines importants.

L'accueil de nos enfants en dehors des périodes scolaires est une réponse aux attentes des parents. La qualité de l'encadrement est un atout majeur pour leur tranquillité d’esprit. Nous avons déjà bien progressé dans ce domaine depuis quelques années. Nous continuerons en ce sens, notamment par la poursuite de la formation des accueillantes ainsi que par l'encouragement à l’obtention de leur brevet par nos jeunes animateurs.

Une information régulière par rapport aux activités proposées durant les huit semaines des vacances d'été et les autres congés scolaires reste de mise (Infocommune, toutes-boîtes, flyers dans les écoles et affiches dans les commerces).

Nous poursuivrons également l’information sur les activités durant l’Accueil Temps libre, par une brochure éditée tous les deux ans et distribuée en toutes-boîtes. Une année sur deux, cette même brochure sera redistribuée au sein des écoles de la commune et aux guichets de l’administration communale (avec un erratum si nécessaire). Un salon des activités extrascolaires est prévu pour le printemps 2019 !

Des activités intergénérationnelles ont vu le jour en 2010 et rencontrent depuis un succès croissant. Nous les poursuivrons, les développerons et les adapterons en fonction de la demande. À ce niveau, tout comme dans nos écoles, nous soutiendrons l’éclosion d’initiatives nouvelles. Un futur projet pourrait prendre la forme d’une cantine intergénérationnelle dans nos trois implantations…

Nous devons rester une commune modèle en termes d'engagement d'étudiants durant la période estivale.

Nous continuerons à soutenir toutes les initiatives de jeunes qui présenteront un projet clair.

Concrètement :

  • Cours d’anglais à partir de la 1re année dans nos écoles ;
  • Mise en place d’une école de devoirs via un organisme indépendant ;
  • Achat de tableaux numériques pour nos écoles ;
  • Améliorer nos accueils extrascolaires en y ajoutant des ateliers culturels et y permettre la découverte de nouveaux sports (1 mois =1 thème) ;
  • Encourager l’installation de gardiennes autonomes sur notre commune en proposant des locaux en location ;
  • Création d’une plateforme baby-sitting sur notre commune et organisation de formations baby-sittings à destination des jeunes ;
  • Mise en place de stages à destination des ados sur notre commune ;
  • Mise en place de stages, ateliers culturels et sportifs durant les vacances scolaires ;
  • Finalisation du projet de préau à l’école de Meix-le-Tige et de sas à l’école de Saint-Léger ;
  • Aménager un local pour l’accueil extrascolaire à l’école de Châtillon ;
  • Création de deux logements tremplins, louables à tarif réduit le temps de la construction d’une nouvelle habitation sur le territoire de notre commune ;
  • Brochure à destination de nos aînés reprenant les services et partenariats existants ;
  • Aménagement de terrains multisports ;
  • Remise en place du conseil communal des enfants, en y adjoignant un éducateur responsable (financement via un plan de cohésion sociale) ;
  • Introduction d’un plan de cohésion sociale permettant l’engagement d’un éducateur, dont le rôle serait de mettre en place de lieux d’expression pour nos jeunes, médiation, organisation d’activités … ;
  • Augmentation et diversification de l’offre de stages et activités pour les enfants et ados en partenariat avec Art’ligue, Tribal Souk et les associations de la commune.

Nos aînés

Conscients de devoir faire face au défi du vieillissement de notre population, nous nous engageons à renforcer notre collaboration avec les services permettant le maintien à domicile de nos aînés.

Afin de promouvoir le mieux-être des seniors et d’être informés de leurs problèmes, nous relancerons et dynamiserons le Conseil Consultatif des Aînés.

Nous souhaitons créer davantage de lieux de rencontres et d’activités pour nos aînés (local, activités, partenariat avec d’autres communes …).

Nous souhaitons favoriser les logements kangourous et intergénérationnels afin de mettre en relation jeunes et aînés et créer des solidarités pour éviter l’isolement. Via notre PCDR, nous créerons huit logements intergénérationnels pour davantage de cohésion sociale.

Nous souhaitons également créer, via la mise en place d’un plan de cohésion sociale, des réseaux de quartiers en y impliquant les citoyens afin de lutter contre l’isolement.

Enfin, nous allons réfléchir à la mise en place d’un accueil de jour en collaboration avec d’autres communes, associations …

Le logement

Le logement, existant et à créer, représentera encore un des grands défis de ces prochaines années.

La commune possède plusieurs bâtiments à rénover. Nous souhaitons réaliser une mixité entre appartements et locaux tremplins.

Depuis 2012 existe une convention de partenariat avec la province afin de réaliser le cadastre énergétique de nos bâtiments. Il convient à présent de poursuivre le remplacement de nos chaudières, l’isolation de nos bâtiments …

En collaboration avec notre commune, la Société Wallonne du Logement continue, au fur et à mesure des plans d’ancrage, à aménager les terrains qu’elle possède « Aux Forgettes ».

Nous devons également aider les candidats bâtisseurs et lotisseurs afin de donner à leurs projets toutes les chances d’aboutir.

Concrètement :

  • Création dans le cadre de notre ancrage du logement d’une maison de deux appartements dont un adapté aux personnes à mobilité réduite dans le lotissement des Forgettes ;
  • Poursuite de notre action auprès de la Société Wallonne du Logement pour l’aboutissement du lotissement des Forgettes ;
  • Création de logements tremplins à destination de nos jeunes ménages (location à tarif réduit le temps de la construction) ;
  • Création d’une nouvelle zone de remblais afin de permettre à nos jeunes ménages de réduire le coût de leur construction ;

Affaires sociales

En matière d’affaires sociales, nous veillerons à soutenir les actions du CPAS, tout en nous assurant que soit visée l’autonomie de la personne. Nous favoriserons les politiques qui visent à aider les personnes en situations difficiles, tout en examinant avec elles les possibilités pour pouvoir à terme retrouver leur indépendance et se relancer le cas échéant dans la vie active.

Nous serons également particulièrement attentifs aux questions qui peuvent avoir un impact sur les personnes fragilisées (isolement, coût de l’énergie, difficultés administratives, accès aux soins de santé…) et nous tenterons de proposer des réponses, des conseils pour les guider.

Le plan de cohésion sociale que nous souhaitons introduire doit être l’occasion d’impliquer les partenaires de la commune ainsi que les associations dans cet objectif commun de lutte contre la précarité et la fragilisation de ce public.

Nous souhaitons redynamiser l’EPN et améliorer les divers services existants.

Santé

Notre commune doit pouvoir jouer le rôle de facilitateur d’initiatives afin de garantir une offre de soin de santé suffisante sur notre commune.

À l’heure de la raréfaction des médecins et des spécialistes, nous devons mettre tout en œuvre pour que leur potentielle installation sur le territoire soit une réussite.

C’est ainsi que nous collaborerons avec la Province de Luxembourg et l’ASBL Santé Ardennes, mais aussi avec les médecins présents afin d’accueillir des stagiaires et de créer une maison médicale sur notre territoire.

Concrètement,

  • Mise en place du projet de maison médicale en jouant le rôle de facilitateur. Notre commune a bénéficié à cet effet de 70.000 euros de subsides.
  • Mise à disposition du presbytère de Châtillon à une profession libérale ;
  • Poursuite et amélioration de notre service de taxi social ;
  • Mise en place de réseau de quartiers, via un plan de cohésion sociale favorisant l’entraide entre nos citoyens ;
  • Campagnes régulières de prévention et de sensibilisation au secourisme, à l’utilisation du défibrillateur, … ;

Réseau de distribution d’eau et d’égouttage

Nous voulons en rester propriétaires et surtout le maintenir en bon état.

Les travaux ci-dessous, approuvés par le conseil communal en 2012, seront échelonnés au cours des prochaines années afin de maîtriser le CVD.

  • Création d’une chambre de comptage pour les réseaux de Châtillon et Meix-le-Tige ;
  • Installation d’un suppresseur pour le quartier du Haut de la Cloche et à la rue d’Udange à Saint-Léger ;
  • Finalisation du remplacement des dernières conduites au plomb, il en reste moins de 30.

Voiries, trottoirs, mobilité douce, sécurité

Nous continuerons à porter une attention toute particulière à l’entretien de nos voiries et veillerons à faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite.

La mobilité douce, afin d’éviter l’utilisation de véhicule, doit être développée.

Nous souhaitons, via notre PCDR et d’autres appels à projets, réaliser notre tronçon de Ravel W9 vers Arlon ainsi que vers Virton.

Nous souhaitons développer et remettre en état les venelles de nos villages afin d’inciter la population à les utiliser et à délaisser la voiture lors de petits déplacements.

Les travaux suivants sont d’ores et déjà programmés :

  • Placement de trottoirs rue La croix
  • Poursuite du Ravel vers Etalle ( phase 1 Traversée de Saint-Léger)
  • Rues du Stade et Champs Vignettes à Saint-Léger
  • Rue Au Pré des Seigneurs à Mlt

Concrètement :

  • Poursuite du réseau Ravel en coordination avec les communes voisines ;
  • Placement de trois boîtiers destinés à accueillir un radar fixe sur notre territoire ;
  • Campagnes de prévention, et ensuite de répression, quant à la vitesse excessive ;
  • Aménagement de chaque entrée de villages en y impliquant les enfants afin de sensibiliser davantage les conducteurs irresponsables ;
  • Mise en place du projet point-stop (réseau d’entraide citoyenne pour se déplacer d’un village à un autre) ;
  • Remise en état de nos sentiers, permettant une meilleure mobilité douce entre quartiers et entre villages ;
  • Mise en place d’un parc à vélos abrité au rond-point de Châtillon, permettant aux étudiants de Meix-le-Tige de se rendre plus facilement aux arrêts de bus ;

Nos forêts

Le début de cette législature sera marqué par une grande perte financière due à deux calamités traversant notre région : la peste porcine et la maladie du scolyte dans nos épicéas.

Les ventes de nos résineux ont été fructueuses ces dernières années ; la crise du scolyte a dévalué le marché. À cela, il faut ajouter que l’interdiction de circulation en forêt nous empêche d’intervenir afin d’éradiquer les arbres atteints.

Afin de préparer l’avenir, c’est un vaste programme de plantation de parcelles forestières qui sera entamé en veillant à diversifier les essences.

Nous poursuivrons les achats de parcelles jouxtant les bois communaux afin d’agrandir notre patrimoine foncier.

Durant l’hiver, notre service des travaux continuera à se charger des différentes tâches d’élagage, dépressage et dégagement de nos plantations. Des étudiants seront affectés chaque été au dégagement des jeunes plantations.

Le personnel

Nous continuerons à améliorer, durant cette législature, le statut de notre personnel. Nous avons besoin de personnes compétentes et motivées.

Les différents projets et leur complexité nécessiteront certainement l’embauche de personnes compétentes supplémentaires.

Gouvernance

L’adoption d’un PST nous permettra de nous donner des objectifs évolutifs et de les articuler avec les moyens mis à disposition. La démarche d’évaluation continue permettra de nous situer en permanence par rapport à ceux-ci.

La démocratie participative est très importante. Les commissions consultatives doivent pouvoir se renouveler et garder le dynamisme qu’on leur connaît. Leur avis est important pour éclairer la prise de décision et pour susciter des initiatives.

Conclusion

Nous ferons de notre mieux pour mettre tous ces dossiers en œuvre. Cela demandera efficacité, calme et sérieux… Nous avons six années pour ce faire, mais cette note envisage l’avenir sur les dix prochaines années, durée de notre PCDR. Des choix devront être posés, mais il s’agit de la vision d’avenir de notre groupe pour notre commune.

Vous avez sans aucun doute remarqué que les verbes « continuer » et « poursuivre » ont été utilisés à de nombreuses reprises.

En résumé, pour notre commune et ses habitants, nous essayerons comme nous l’avons toujours fait de donner notre maximum, tout en conservant une gestion saine et équilibrée, sans endettement excessif.